Le guide indispensable pour devenir infirmier en pratique avancée (IPA)

Voici un livre complet pour aider tout(e) infirmier ou infirmière IDE qui désire poursuivre deux années d'études supplémentaires afin de devenir IPADE.

L'auteure du livre connaît parfaitement le sujet. infirmière expérimentée, elle est imprégnée de toute l'histoire de la création de cette nouvelle "spécialité" d'infirmier et d'infirmière. Le terme "spécialité" n'est pas pour l'instant retenu par les pouvoirs publics, mais nul doute qu'il le sera dans le futur à côté des autres spécialités que sont les IADEs et les IBODEs. Peu importe le débat sémantique, il faut retenir que l'IPA est bien né, même si cette naissance s'est faite un peu dans la douleur après les nombreux débats, rapportés dans le livre. Les pionniers et pionnières de cette évolution de la profession infirmière ont tenu bon et il faut leur rendre hommage.

Qu'apporte l'IPADE à l'organisation de notre système santé ? Beaucoup d'espoir !

Espoir qu'à l'ère des maladies chroniques du vieillissement, les patients âgés touchés par ces maladies puissent avoir un parcours de soin et un chemin clinique de plus en plus adaptés à leurs attentes de vie sociale.

Espoir que le système de santé réponde encore mieux aux demandes de plus en plus importantes de nos concitoyens, qui ne sont pas toujours des demandes de soins, mais aussi des demandes d'accompagnement.

Espoir que la collaboration pluriprofessionnelle améliore le service rendu aux patients, car il y a encore des marges de progrès et l'IPADE peut y contribuer.

L'IPADE ne vient pas se substituer à d'autres métiers (IDEL, médecin de soin primaire, etc.) comme cela a été écrit par erreur. Au contraire, il vient les enrichir !

L'IPADE est le métier qui manquait dans de nombreux domaines de la santé. L'auteur de ce billet est néphrologue. Il peut témoigner que dans les établissements de santé qui traitent les patients insuffisants rénaux par dialyse ou transplantation, l'IDE en dialyse ou en transplantation, qui a acquis une expérience hospitalière de 10 à 20 ans, a toute légitimité à devenir un ou une IPADE en dialyse et en transplantation.

La place de la télémédecine et du télésoin dans le métier d'IPADE est abordée en fin d'ouvrage.

L'auteure s'interroge sur la sémantique à créer pour identifier l'exercice à distance de l'IPADE. Pourquoi ne pas envisager tout simplement que l'IPADE, avec son niveau master, rejoigne dans le Code de la santé publique les professionnels de santé médicaux aux côtés des médecins, des sages-femmes et des chirurgiens-dentistes ? Elles pourraient ainsi pratiquer la télémédecine, en particulier la téléexpertise avec les IDEL.

En revanche, il ne s'agit pas de dire que l'IPADE est un médecin "junior" ou un "officier de santé", en concurrence avec le médecin, encore moins en dépendance, ce serait méprisant eu égard au cursus universitaire réalisé par l'IPADE qui a indiscutablement son rôle propre. On n'a jamais dit que la sage-femme, en charge de la grossesse normale, était un(e) "sous-obstétricien(ne)". Elle a son rôle propre et son périmètre de compétence. Elle a une responsabilité pleine et entière dans la surveillance d'une grossesse normale. Comme doit l'avoir l'IPADE.

Comme l'écrit très bien l'auteure du livre : "d'ici quelques années, quand tout sera mis en place, quand l'IPADE fera partie de l'offre de soins, plus personne ne se souviendra de sa construction au fil des ans."

28 avril 2021