Dans le numéro spécial de la revue "Actualité et dossier en santé publique" (Adsp) de décembre 2017, consacré à la télémédecine, le Danemark était considéré en Europe comme le pays qui avait le mieux réussi l’évolution vers une médecine dématérialisée, c'est à dire la mise en place d'un DMP et de pratiques de télémédecine, à côté d'autres mesures telles que la régionalisation de l'offre des soins primaires et des soins hospitaliers. file:///C:/Users/pierr/Votre%20%C3%A9quipe%20Dropbox/Pierre%20Simon/PC/Documents/Downloads/ad1010955.pdf   

La transformation du système de santé danois à partir de 2007 est considérée en France comme un modèle réussi, fondé sur la décentralisation de la gouvernance de la santé. Notre pays pourrait s'en inspirer (l'image du billet). (https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/opinion-systeme-de-sante-inspirons-nous-de-lexemple-danois-1145029)

Dans cette transformation du système de santé danois, la santé connectée a joué un rôle important, comme cela a été souligné par les journaux français dès mars 2010. (https://sante.lefigaro.fr/actualite/2010/03/13/10100-danemark-inaugure-telemedecine. Le titre de "Telehealth Nation" fut même donné à ce pays. ( https://www.leah.care/blog/le-danemark-the-health-nation/). Le ministre danois de la santé déclarait en 2016 : "grâce à l'expérience pratique acquise dans le cadre de projets à grande échelle et de nos activités quotidiennes, nous avons appris que la télémédecine est un système de santé plus intelligent : au lieu d'envoyer le patient vers le système de santé, nous déployons le système vers le patient, au bénéfice de toutes les personnes impliquées."

Le Danemark fut parmi les premiers pays européens à déployer des solutions de télémédecine, en particulier de télésurveillance médicale au domicile des patients atteints de maladies chroniques.(https://www.telemedaction.org/422886029) Dès 2013, ce pays met en place l'interopérabilité entre les différents logiciels et dispositifs médicaux (adhésion au programme Continua Health Alliance) afin de développer la télémédecine, en particulier la télésurveillance des maladies chroniques au domicile. La France réalisera ce programme d'interopérabilité dix ans plus tard avec la mise en place de la plateforme d'Etat "Mon Espace Santé" (https://www.telemedaction.org/450202746)

Nous évaluons dans ce billet le chemin parcouru dans les domaines de la santé connectée et de la télémédecine en commentant quelques articles scientifiques majeurs publiés par les chercheurs danois en santé publique au cours des dernières années.

Cinq programmes successifs depuis 1996 pour développer la santé connectée.

Le 5ème programme se termine en 2022. Le premier plan lancé en 1996 visait la mise en place d'un DMP. Le deuxième lancé en 2000 visait l'informatisation du système hospitalier. A partir de 2003, fut créé un service national de soins de santé informatisés, visant à renforcer la réorganisation du système de santé danois. De 2008 à 2012, le programme visa à développer la prévention des hospitalisations et des effets iatrogènes des traitements chez les patients atteints de maladies chroniques. C'est à cette période que les projets de télémédecine furent lancés (voir le chapitre suivant). A partir de 2013, le développement de la santé connectée fut confié aux régions. Le dernier programme lancé pour la période 2018-2022 vise à renforcer la sécurité des données de santé en conformité avec le RGPD appliqué au Danemark à compter de mai 2018.

Ces différentes politiques de santé connectée ont été régulièrement évaluées. Nous donnons les références des deux derniers articles publiés par les chercheurs de l'université d'Odense (Southern Denmark). Les chercheurs danois en santé publique regrettent qu'il n' y ait pas eu davantage d'évaluation des stratégies développées au cours des 25 dernières années. Les orientations ont changé au fil des programmes, sans que les raisons de ces changements aient été clairement explicitées. Trop souvent les stratégies opérationnelles ne s'appuyaient pas sur des objectifs stratégiques.

Les échecs n'ont pas été rendus publics. Les chercheurs universitaires d'Odense attirent l'attention des autorités sanitaires danoises sur l'intérêt de s'appuyer davantage sur des données probantes en matière d'efficacité clinique et économique, sur la base d'évaluations scientifiques, avant de lancer les futurs programmes. Et de citer un extrait d' "Alice au pays des merveilles" pour résumer leur jugement : si vous ne savez pas où vous allez, n'importe quelle route vous y mènera".

Ils rappellent aux autorités sanitaires danoises la démarche qui leur semble la plus cohérente : définir d'abord les objectifs stratégiques (dire pourquoi on lance tel programme), préciser ensuite les stratégies opérationnelles pour atteindre les objectifs, enfin décrire les organisations à mettre en place pour obtenir et évaluer les résultats.

Development and Progression in Danish eHealth Policies: Towards Evidence-Based Policy Making. Villumsen S, Faxvaag A, Nøhr C. Stud Health Technol Inform. 2019 Aug 21;264:1075-1079. doi: 10.3233/SHTI190390.PMID: 31438090.

Capacity Building in Preparing the Health Workforce to Deliver the Digital Future. Villumsen S, Elsberg S, Løvgren C, Vinther K, Klarholt Busk L, Vest Arler S, Rian O.Stud Health Technol Inform. 2021 Nov 8;286:43-47. doi: 10.3233/SHTI210634.PMID: 34755688.

Les programmes de télémédecine qui se sont mis en place grâce au développement de la santé connectée.

En 2015, 372 programmes de télémédecine étaient recensés au Danemark. Les projets les plus nombreux concernaient la télésurveillance au domicile des maladies cardiovasculaires et les téléconsultations de psychiatrie. Venaient ensuite le télésuivi des maladies respiratoires chroniques (BPCO) et celui des maladies rhumatismales chroniques comme la polyarthrite rhumatoïde.

Les médecins généralistes ont accès aux plateformes web de télésurveillance pour le suivi endocrinien et diététique des patients diabétiques. Les autorités sanitaires danoises recommandent aux médecins de pratiquer la téléconsultation pour éviter des déplacements coûteux pour les patients et les assureurs, lorsque la consultation en présentiel n'est jugée nécessaire par le médecin.

Les infirmiers et infirmières danois sont fortement impliqués dans le télésuivi des plaies chroniques, en particulier des patients diabétiques, et peuvent réaliser des "téléexpertises" avec les médecins spécialistes de plaies chroniques (dermatologue, chirurgien vasculaire).

Le bilan de ces programmes montrait un impact significatif sur le risque d'hospitalisations qui a diminué en 4 ans de 20% et sur le risque d'accident iatrogène qui a été réduit sur la même période de 11%.

Monitoring Telemedicine Implementation in Denmark. Nøhr C, Villumsen S, Bernth Ahrenkiel S, Hulbæk L.Stud Health Technol Inform. 2015;216:497-500.PMID: 26262100

Une très intéressante étude était publiée en 2021 sur les facteurs de succès d'un programme de télémédecine. Elle montrait que la qualité des relations entre les professionnels de santé et les entreprises de la santé connectée était essentielle. Quatre recommandations étaient faites pour réussir un programme de télémédecine au Danemark : 1) avoir une relation solide et de confiance entre les professionnels de santé et les fournisseurs de services d'e-santé, 2) faciliter le travail collaboratif pour élaborer, tester et adapter les solutions numériques de télésurveillance, 3) promouvoir l'accompagnement et la formation des utilisateurs de services d'e-santé (patients et professionnels de santé), 4) établir un lien indirecte entre les entreprises et les gestionnaires ou décideurs du secteur de la santé.

Successful implementation of telemedicine depends on personal relations between company representatives and healthcare providers: A qualitative study of business models for Danish home telemonitoring. Korsgaard F, Hasenkam JM, Vesterby M. Health Serv Manage Res. 2021 Nov;34(4):223-233. doi: 10.1177/0951484820988628. Epub 2021 Jan 28.PMID: 33508963

Commentaires. Cette revue du développement de la santé connectée et de la télémédecine au Danemark peut éclairer la stratégie française, fortement attirée par la réussite du système de santé danois depuis 2007. En matière de santé connectée, la France a conduit 4 programmes depuis le début des années 2000 (https://www.telemedaction.org/445048919). C'est le quatrième programme qui parviendra à mettre un terme au désordre et à créer enfin une interopérabilité entre tous les logiciels de la santé numérique, soit 10 ans après le Danemark. Cette transformation numérique du système de santé a permis au Danemark de développer son programme de télémédecine. La France dispose désormais des mêmes facteurs de réussite avec la plateforme d'Etat "Mon Espace Santé" pour les citoyens et les professionnels de santé.(https://www.telemedaction.org/449536030)

18 juin 2022